12 octobre 2011

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

12087523

Présentation de l'éditeur : 

Lina est une jeune Lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle... Le récit de Lina vous coupera le souffle. Vous n'aurez qu'une envie : faire partager cette histoire aussi terrible qu'exemplaire, qui irradie d'amour et d'espérance. Déjà un classique dans de nombreux pays.

Mon Avis :

Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Gallimard pour cette superbe lecture !

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre est un livre d'une très rare intensité. Je n'ai pas l'habitude de lire des livres qui me secoue à ce point. Je m'explique :

L'histoire se déroule en 1941 lorsque Staline envahit plusieurs pays de l'Europe de l'Est dont la Lituanie, le pays d'origine de l'héroïne. C'est une période de l'histoire assez peu mentionnée dans les livres, je n'ai pour ma part jamais eu l'occasion d'en lire sur le sujet.

L'histoire démarre dès le début par l'arrestation de Lina, de sa mère et de son frère. On suit ensuite tout le voyage de Lina et sa famille, du trajet dans un wagon à bestiaux aux différents camps de travail. Le livre est construit en 3 partis : le voyage en train, le premier camp de travail et un second.

Comme je le disais plus haut ce livre m'a ému comme aucun autre. L'histoire m'a tellement remué et révolté ! On assiste impuissant à l'horreur des conditions de vie de tous les déportés, la narration étant du point de vue de Lina c'est impossible de ne pas se sentir concerné par ce qui arrive à tous ces innocents. La stupidité et l'inhumanité des gardes m'a souvent choqué. Le plus dur pour moi a été à la fin lorsque l'on lit la note de l'auteur qui affirme que la plupart des atrocité décrites dans son roman ont en réalité vraiment existé, lorsque l'on lit les chiffres, le nombres de victimes, cela m'a fait me rendre compte de l'horreur de cette partie de l'histoire. Pendant tout le roman je me suis demandé comme des gens ont réussit à survivre dans de telle conditions d'horreur.

Ce livre est également un hymne à l'espoir, en effet Lina, dessinatrice très talentueuse, réussit à garder l'espoir à travers ses dessins. C'est un personnage très courageux, très brave, c'est difficle de ne pas l'apprécier. De plus c'est vraiment très beau de voir la solidarité entre les prisonniers, même les plus pessimistes d'entre eux son prêts à aider leurs compagnons, chacun se sert les coudes et cela allège vraiment l'horreur de la situation de Lina. Outre cette solidarité qui rend le récit un peu moins difficile, on assiste au rapprochement de Lina et Andrius, leur histoire d'amour est très mignonne, très douce.

En somme Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre est un livre magnifique qu'il FAUT lire !! Je suivrais les prochaines sorties de cette incroyable auteure qu'est Ruta Sepetis. Pour un premier roman elle livre un ouvrage bouleversant. Inutile de vous conseiller de garder des mouchoirs près de vous durant oute votre lecture ;)

Je vous invite également à regarder cette interview très interessante de l'auteur qui je le suis sûre finira de vous convaincre de vous lancer dans cette lecture.


Commentaires sur Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Nouveau commentaire